Texte à méditer :   Maîtriser sa vie jusqu'à la fin   Ultime Liberté
POUR ADHERER

adhesion_anim1.gif

SOMMAIRE

Fermer AG 2017 : 14 octobre

Fermer AG 2016 : 22 octobre

Fermer Association : ADHESION

Fermer Association : STATUTS

Fermer ACTUALITE : POSITIONS PERSONNELLES

Fermer ACTUALITE : DEBAT NATIONAL sur la Fin de Vie

Fermer ACTUALITE : PRESIDENTIELLE 2017

Fermer Actualité : Campagne Nationale Fin de Vie

Fermer DIRECTIVES ANTICIPEES

Fermer SEDATION PROFONDE

Fermer TEXTES d'adhérents

Fermer FORUM BIOETHIQUE

Fermer ARCHIVES

Fermer Documents Vidéos

Fermer SUICIDE DELIBERE

Fermer Euthanasie

Fermer Autonomie Personnelle

Fermer Droit au suicide assisté

Fermer ENquêtes nationales

Fermer Enquetes Internationales

Fermer Législations étrangères

ANTENNES LOCALES

Fermer AIX

Fermer AVIGNON

Fermer BESANCON

Fermer CALAIS

Fermer CHAUMONT

Fermer DIJON

Fermer GRENOBLE

Fermer LILLE

Fermer LYON

Fermer MACON

Fermer MARSEILLE

Fermer MONTAUBAN

Fermer MONTPELLIER

Fermer NANCY

Fermer NANTES

Fermer IDF - EST (Montreuil )

Fermer IDF - NORD ( St Denis )

Fermer IDF - SUD

Fermer ILE DE FRANCE ( IDF )

Fermer ORLEANS

Fermer POITIERS

Fermer STRASBOURG

Fermer TOULON

Fermer TOULOUSE

Fermer Ardèche - Drome

Fermer ANTILLES

AGENDA DEPLACEMENTS

  JUIN 2017

01/06 PARIS Acc

02/06 TOULON

10/06 TURIN

15/06 BESANCON

20/06 TOULOUSE

21/06 PERPIGNAN

22/06 MONTPELLIER

 

SEPTEMBRE 2017

 

 

               

 

 

            

   

 

 

Réseaux Sociaux
ACTUALITE : POSITIONS PERSONNELLES - Lettre ouverte à François Hollande, Président de la République

Lettre ouverte à François Hollande, Président de la République, (janvier 2017)

 

Si j’étais votre mère Monsieur le Président de la République, je vous dirais que vous avez raison d’avoir décidé de quitter le navire la tête haute en arrivant au port.

Vous vouliez être un Président normal, on ne vous a rien épargné. Vos écarts ou maladresses ont masqué vos réformes positives et l’impitoyable monde politique a eu raison de votre apparente bonhomie.

Si j’étais votre mère, Monsieur Hollande, j’irais m’asseoir près de vous, je vous dirais ma tendresse et mon admiration aussi. Je vous raconterais les héros de l’histoire. Je soufflerais dans vos voiles et vous aiderais à garder le cap jusqu’à la fin du voyage. Car, François, il y a encore beaucoup de choses à faire avant le bout du parcours. En priorité quelque chose pour moi. Quelque chose qui ne veut pas aboutir et qui, pourtant, concerne tout le monde. Quelque chose qu’aucune loi actuelle ne permet encore et qui me rassurerait pour aborder l’angoissante inconnue qu’est la mort.

Si j’étais votre mère, François, accepterais tu de me voir dégradée, niée, malmenée, oubliée?

Nous avons tous un point commun, quelque soit notre âge, c’est qu’à la fin, nous mourrons tous. Parfois je me demande pourquoi parler de la mort paraît malsain, comme si cela portait malheur. Pour moi, la fin de ma vie, c’est comme le commencement, ce n’est pas une fatalité. J’ai vécu en quête permanente d’autonomie et de liberté, il est de mon droit aussi d’être libre de mourir comment et quand sera venue la certitude de mourir selon mon choix.

Un des ministres de Monsieur Mitterrand a vu sa mère passer à l’acte en accord avec ses convictions. Je pense à Madame Jospin qui a eu cet héroïsme rare, alors qu’elle ne souffrait que du malheur psychologique de sa déchéance physique. La vieillesse.

Si j’étais ta mère, aurais tu le courage, en me regardant dans les yeux, de me voir agoniser lentement parce que je n’aurais que la solution de refuser de boire et de manger ?

Pourrais-tu regretter, en me tenant la main, de n’avoir pas mené à bien ce combat quand tu étais à la tête de l’État ?

Pour ne pas en avoir le remord quand ton moment d’être vieux viendra, il est encore temps, François, d’exercer ton pouvoir pour une vraie loi concernant le droit à l’euthanasie. Trois mois, c’est court et c’est long, toi seul peut entendre ma détresse en faisant une dernière fois un acte fort qui marquerait ton quinquennat d’une pierre décisive, comme la loi pour l’avortement qui, aujourd’hui, paraît comme une évidence.

Si j’étais ta maman, je te dirais : tiens bon la barre, mon François. Il est bientôt fini le temps des traques satyriques, des meetings officiels autour du monde et des discours solennels.

Je te souhaiterais bon vent vers, la liberté, l’anonymat, l’amour, la paix et… l’art d’être grand père.

 

Monik Glass, 78 ans, mère, grand’mère, arrière grand’mère

 


Date de création : 09/02/2017 @ 17:03
Dernière modification : 09/02/2017 @ 17:03
Catégorie : ACTUALITE : POSITIONS PERSONNELLES
Page lue 421 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Spécial !
NATIONAL

CAMPAGNE NATIONALE

http://www.parlonsfindevie.fr/

directives_anim1.gif

------------------------------

 

PÉTITION SUR CHANGE.ORG

en faveur du suicide assisté

logo pétititon

 

--------------------------

 

International
Recherche



GOOGLE ALERTES
Webmaster - Infos
Calendrier
^ Haut ^