Texte à méditer :   Maîtriser sa vie jusqu'à la fin   Ultime Liberté
POUR ADHERER

adhesion_anim1.gif

SOMMAIRE

Fermer AG 2019 : 19 octobre

Fermer AG 2017 : 14 octobre

Fermer AG 2018 : 13 octobre

Fermer AG 2016 : 22 octobre

Fermer Association : ADHESION

Fermer Association : STATUTS

Fermer ACTUALITE : POSITIONS PERSONNELLES

Fermer ACTUALITE 2019 : PERQUISITIONS

Fermer ACTUALITE : DEBAT LEGISLATIF FIN DE VIE 2018

Fermer BIOETHIQUE 2018 Etats Généraux>

Fermer Campagne Nationale Fin de Vie

Fermer DEBAT FIN DE VIE 2012 à 2016

Fermer Présidentielle 2017

Fermer DIRECTIVES ANTICIPEES

Fermer SEDATION PROFONDE

Fermer Hydratation Nutrition Phase Terminale

Fermer TEXTES d'adhérents

Fermer FORUM BIOETHIQUE

Fermer ARCHIVES

Fermer VIDEOS

Fermer SUICIDE DELIBERE

Fermer Euthanasie

Fermer Autonomie Personnelle

Fermer Droit au suicide assisté

Fermer ENquêtes nationales

Fermer Enquetes Internationales

Fermer Législations étrangères

ANTENNES

Fermer AIX

Fermer ARDECHE

Fermer AUVERGNE

Fermer AVIGNON

Fermer BESANCON

Fermer BORDEAUX

Fermer CAEN

Fermer CALAIS

Fermer CHARENTES

Fermer CHAUMONT

Fermer DEUX SAVOIES

Fermer DIJON

Fermer ISERE

Fermer LILLE

Fermer LYON

Fermer MACON

Fermer MARSEILLE

Fermer MONTAUBAN

Fermer MONTPELLIER

Fermer NANCY

Fermer NANTES

Fermer NIMES

Fermer VALENCE

Fermer RENNES

Fermer IDF - EST (Montreuil )

Fermer IDF - NORD ( St Denis )

Fermer IDF - SUD

Fermer ILE DE FRANCE ( IDF )

Fermer ORLEANS

Fermer PAU

Fermer POITIERS

Fermer ROUEN

Fermer SAINT-ETIENNE

Fermer SAUMUR

Fermer STRASBOURG

Fermer TOULON

Fermer TOULOUSE

Fermer ANTILLES

AGENDA

FÉVRIER 2020

10 février
 RENNES

Formation

 

11 février
  LYON

Formation

12 février
 VALENCE

Formation

 

18 février 
 VICHY

Formation

19 février 
DEUX SAVOIES

Formation


27 février  
DIJON

Formation
Adhérents

 

MARS 2020

04 mars
CAEN

Formation

09 mars
RENNES

Formation



19 mars
LILLE

Formation

24 mars
BORDEAUX

Formation

25 mars
PAU

Formation

Réseaux Sociaux
ACTUALITE : DEBAT LEGISLATIF FIN DE VIE 2018 - Lettre_Ouverte_aux_156_députés

TELECHARGER LA LETTRE OUVERTE AU FORMAT PDF
 

Lettre ouverte

aux 156 députés « issus d'horizons divers »qui avaient cosigné

la tribune de Jean-Louis Touraine du 28 février 2018 dans le Monde,

Euthanasie : « Il ­convient de donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps »

 

Mesdames et messieurs nos représentants à l'Assemblée Nationale,

 

Vous avez signé cette tribune en février 2018.

Vous proposiez alors de « légiférer au cours de l'année 2018 ».

L'année 2019 se termine et vous n'avez toujours pas « légiféré » !

 

Récemment des centaines de personnes ont été perquisitionnées parce qu'elles avaient importé un produit létal interdit en France.
Elles l'ont fait parce qu'elles n'avaient pas la garantie légale que leur volonté de maîtriser leur vie jusqu'à la mort soit respectée.

Elles se sont senties pour cette raison, moralement légitimes à devancer une législation existante obsolète qui ne correspond plus à la grande majorité de l'opinion des Français ( 89% à l' époque, mais 96 % aujourd'hui )

 

Pourtant vous disiez :

« Il n'est plus raisonnable d'attendre davantage, d’observer sans réagir les souffrances physiques et psychiques de nombre de ces Français, de compter les affaires judiciaires qui se multiplient mais n’aboutissent à rien, car on ne peut pas condamner la compassion et la solidarité. »

 

Pourquoi ce retard?

Faut-il, comme pour l'accès au droit à l'avortement, un « procès de Bobigny » de la liberté de la mort volontaire, pour remuer l'inertie politique ?

L'analogie de la situation actuelle concernant la liberté de choisir sa mort, avec celle des années 70 concernant de droit à la maîtrise de la procréation et à l'IVG, a souvent été faite, et ce sont aujourd'hui les femmes signataires de la Tribune de Libération du 31 octobre 2019 « Choisir sa vie, choisir sa mort, des femmes persistent et signent » qui reprennent le même flambeau qui les avait menées à exiger la légalisation du droit à l'avortement.

 

Car c'est bien de la même liberté fondamentale qu'il s'agit, celle de disposer de sa personne, de son corps et de sa vie, et de ne plus accepter que d'autres, au nom de leurs propres idéologies, lobbies ou pouvoirs corporatistes, puissent continuer à imposer leur « légalité » à l'ensemble des citoyens.

Mais depuis plus d'une année maintenant, depuis votre Tribune du 28 fevrier 2018, la société évolue, et ce n'est plus maintenant les 89 % des Français, du sondage IFOP et La Croix de l'époque qui demandent une loi, mais les 96 % du dernier sondage IPSOS de mars 2019.

 

Aujourd'hui, 36 % des Français demandent à « avoir la possibilité de disposer d'un droit à l'euthanasie quelles que soient leurs conditions de santé ».

La nouvelle proposition de loi que vous vous apprêtez sans doute à déposer doit tenir compte de ces évolutions et entériner l'idée que chaque personne peut disposer de son corps et de sa vie

En Belgique ( ou aux Pays-Bas, etc.) la loi en cours est désormais dépassée par une nouvelle demande qui monte, celle de l' « euthanasie pour vie accomplie ».

 

Il existe, en France, depuis la Révolution Française, une situation juridique particulière :


Le suicide est « dépénalisé », mais les conditions ne sont pas données pour qu'il se réalise librement et paisiblement.

 

Croyez- vous qu'il est encore raisonnable de déposer un projet de proposition de loi qui ne traite que de l'extrême fin de vie médicalisée, et qui ne prenne pas en compte cette volonté de plus en plus généralisée de nos concitoyens de disposer véritablement « de leur personne, de leur corps et de leur vie» ?

 

L'association Ultime Liberté est prête à soutenir les initiatives législatives prises dans le sens d'une reconnaissance simultanée :

 

- d'une part de la légalisation de l'euthanasie ou « aide médicale à mourir » pour les personnes en fin de vie ou atteintes de pathologies graves et incurables. ( En gros le projet de loi "Touraine" que vous aviez soutenu )

- et d'autre part de la possibilité légale, égale pour tous les citoyens, de pouvoir décider de se suicider paisiblement grâce à l'accès personnel légalement protégé à une seule dose létale, dont ils doivent pouvoir disposer pour leur propre mort.

 

Il s'agit bien évidemment, dans un tel nouveau cadre juridique, de reconnaître explicitement le droit fondamental pour une personne capable de discernement et libre de toute pression extérieure, de mettre fin à sa vie volontairement, à partir du moment où elle a pris un certain nombre de précautions informant la société, ou ses « proches » de cette décision lorsque cette décision peut avoir des conséquences sur la vie des autres. Étant entendu que cet entourage ne peut alors exercer aucune pression en retour pour l'en empêcher.

 

Nous comprenons bien, qu'étant donné l'irréversibilité fondamentale de l'exécution d'une telle décision, la société politique et l'entourage social cherchent à s'assurer de la réelle volonté de la personne concernée et veuillent protéger les personnes vulnérables contre la manipulation de cette volonté personnelle par des intérêts extérieurs.

 

Mais il existe d'ores et déjà des situations où une décision personnelle peut apparaître à certains observateurs extérieurs comme « contraire à l'intérêt de cette personne ».
Ainsi en est-il de la possibilité de refuser des traitements médicaux pourtant jugés auparavant comme « indispensables » en termes purement médicaux. L'évolution juridique en matière d' « obstination déraisonnable » est allée dans le même sens.

 

Il s'agit désormais de faire en effet un grand pas de plus dans cette même direction de l' « autonomie personnelle » du citoyen majeur et capable, en considérant enfin que c'est la responsabilité de la personne elle-même, si elle demande à exercer une telle responsabilité de décider si elle veut continuer à vivre ou non. Prétendre la contraindre à rester en vie devient désormais l'équivalent d'une « obstination déraisonnable » de la part de la société ou de ceux qui s'y autorisent ou même croient en avoir l'obligation.

 

Mais ne croyez plus, Mesdames et Messieurs nos députés, que les 60 % et les 36 % des Français qui souhaitent d'une façon ou d'une autre enfin se voir reconnaître juridiquement le droit de décider de leur propre vie et de leur propre mort, vont accepter sans réagir, d'être considérés comme d'éternels mineurs et même d'être pousuivis en justice parce que, vous, nos représentants, n'avez pas su ou voulu à temps modifier le cadre juridique existant.

 

Une pétition déposée sur Change.org le 26 octobre dernier a déjà recueilli en un mois plus de 9000 signatures.

 

L'association Ultime Liberté reste à votre disposition pour toute information complémentaire concernant ses propositions.

 

Lettre ouverte signée,
 

pour le Conseil d' Administration de l'association Ultime Liberté,

Chaumont, le 1er décembre 2019 la présidente Claude HURY

 


Date de création : 09/12/2019 @ 19:20
Dernière modification : 09/12/2019 @ 19:54
Catégorie : ACTUALITE : DEBAT LEGISLATIF FIN DE VIE 2018
Page lue 498 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 141 membres


Connectés :

( personne )
NATIONAL

CAMPAGNE NATIONALE

http://www.parlonsfindevie.fr/

 

directives_anim1.gif

------------------------------

ACTUALITE

temoins_2_mini.png

Recherche



GOOGLE ALERTES
Webmaster - Infos
Calendrier
^ Haut ^