Texte à méditer :   Maîtriser sa vie jusqu'à la fin   Ultime Liberté
POUR ADHERER
SOMMAIRE

Fermer AG 2017 : 14 octobre

Fermer AG 2016 : 22 octobre

Fermer Association : ADHESION

Fermer Association : STATUTS

Fermer ACTUALITE : POSITIONS PERSONNELLES

Fermer ACTUALITE : DEBAT NATIONAL sur la Fin de Vie

Fermer ACTUALITE : PRESIDENTIELLE 2017

Fermer Actualité : Campagne Nationale Fin de Vie

Fermer DIRECTIVES ANTICIPEES

Fermer SEDATION PROFONDE

Fermer TEXTES d'adhérents

Fermer FORUM BIOETHIQUE

Fermer ARCHIVES

Fermer Documents Vidéos

Fermer SUICIDE DELIBERE

Fermer Euthanasie

Fermer Autonomie Personnelle

Fermer Droit au suicide assisté

Fermer Enquetes Internationales

Fermer Législations étrangères

ANTENNES LOCALES

Fermer AIX

Fermer AVIGNON

Fermer CALAIS

Fermer CHAUMONT

Fermer DIJON

Fermer GRENOBLE

Fermer LILLE

Fermer LYON

Fermer MACON

Fermer MARSEILLE

Fermer MONTPELLIER

Fermer NANCY

Fermer NANTES

Fermer IDF - EST (Montreuil )

Fermer IDF - NORD ( St Denis )

Fermer IDF - SUD

Fermer ILE DE FRANCE ( IDF )

Fermer ORLEANS

Fermer POITIERS

Fermer STRASBOURG

Fermer TOULON

Fermer TOULOUSE

Fermer Ardèche - Drome

Fermer ANTILLES

AGENDA DEPLACEMENTS

        

    AVRIL 2017

4/04 ORLEANS

adhérents

5/04 POITIERS

formation

6/04 BORDEAUX

adhérents

7/04 CHAUMONT

formation

18/04 AUBENAS

adhérents

25/04 TOULOUSE form

 

   MAI 2017

02/05 IDF - SUD

03/05 POITIERS

04/05 RENNES

09/05 MARSEILLE

10/05 AVIGNON

15/05 CHAUMONT

16/05 IDF - NORD

17/05 LYON

18/05 GRENOBLE

23/05 TOULOUSE

30/05 POITIERS

31/05 ORLEANS

 

 JUIN 2017

01/06 PARIS Acc

02/06 TOULON

10/06 TURIN

15/06 BESANCON

20/06 TOULOUSE

21/06 PERPIGNAN

22/06 MONTPELLIER

 

 

               

 

 

            

   

 

 

Réseaux Sociaux
TEXTES d'adhérents - Mario Monicelli, un suicide non assisté. Par Anne Vignaux-Laurent

MARIO MONICELLI (1915-2010)  ,   UN SUICIDE NON ASSISTÉ

par Anne Vignaux-Laurent .

 

 

monicelli.jpg

Le grand cinéaste italien, Mario Monicelli, est mort le lundi 29 novembre 2010.

Il était né en Toscane, le 15 mai 1915, il avait 95 ans.

Il était soigné à l'hôpital San Giovanni de Rome, où il venait d'être admis, quelques jours auparavant,
pour un cancer de la prostate en phase terminale.

Lundi soir, il s'est jeté par la fenêtre, sa chambre était au cinquième étage, il ne s'est pas raté.

 

Voilà les faits bruts, dont on pourrait se contenter :
il est mort à un grand âge, il est mort à l'hôpital, comme 75% des gens,
il s'est suicidé, comme 4000 vieux par an en France (contre 700 jeunes),
et il ne s'est pas raté, comme 1 vieux sur 3 (contre 1 jeune sur 20 )


 

petit_logo.jpg Monicelli, un grand artiste populaire

 

 

Sauf que Mario Monicelli n'était pas n'importe qui. Il était un des plus grands artistes populaires du 20e siècle, et certainement le plus ancien.

 

En Italie, les émissions de télévision ont interrompu leur programme pour annoncer sa mort. Et toute la presse écrite, de tous bords, l'a salué. La Stampa a rappellé son "regard caustique". La Repubblica a salué "le Balzac du cinéma". Le Corriere della Sera a rappelé qu'il était à la fois "l'héritier du néoréalisme et de la commedia dell'arte, qui se rit des misères humaines".


En France, la presse a été plus discrète, mais tout aussi unanime, de gauche à droite.

Et nous autres, du monde cinéphile ou du grand public, n'oublierons pas celui qui nous a tant fait rire, et si longtemps, avec le concours des plus grands acteurs.

Citons-en certains : Vittorio Gassman, Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi, Alberto Sordi, Philippe Noiret, Bernard Blier, Monica Vitti, Sophia Loren, Anna Magnani, Ornella Muti, Stefania Sandrelli.

Citons, aussi, pour mémoire, quelques uns de ses 65 titres : Le Pigeon, Les Camarades, Un bourgeois tout petit petit, Mes chers amis, Les Nouveaux Monstres, et les deux Brancaleone.

 

Il fut couvert de récompenses, des Lions d'or à Venise, des nominations aux Oscars, des prix à Berlin,

Il avait des tas  de copains : Dino Risi, Luigi Comencini, Ettore Scola.


bande_composee_25pc.jpg

 

Il avait de fortes convictions, et, avec son immense énergie, il avait toujours mené les combats qu'il pensait justes.

En 2001, il avait filmé les manifestations des altermondialistes et leur sanglante répression, au G8 de Gênes.

En 2002, il s’était rendu à Jérusalem, avec onze collègues, dont Ettore Scola, pour filmer les terribles conditions de vie des Palestiniens (Lettre dalla Palestina).

En juin dernier, à l'Université La Sapienza de Rome et à l'Institut Rosselini (institut d’État de cinématographie et télévision), en référence au film Gomorra sur la mafia napolitaine, il déclarait que l'Italie était un pays cynique et corrompu. Il se battait contre les régressions régulières du budget de la culture, "la seule vraie richesse de l'Italie", et il avait interpellé les étudiants : "Vous qui êtes jeunes, utilisez la force et non le silence. Si vous acceptez ces coupes, les écrans resteront noirs, sans images, sans paroles."

 

C'était aussi un bon vivant, ironique et chaleureux. Il aimait les gens, les camarades, la rue, et les comptoirs des bistrots à vin de son vieux quartier de Rome. Il aimait rire, il aimait faire rire. Il adorait la vie.

 

petit_logo.jpg Monicelli, un suicidé de la société

 

 

Donc ce vieux monsieur, à la longue vie réussie et au goût pour la vie intact, a décidé de mettre un terme à ses souffrances.

 

Certains commentateurs ont fait valoir que Tomaso, son père, s'était déjà suicidé, insinuant ainsi, sous couvert d'information, que ça devait être dans les gènes familiaux.

 

Ses amis ont commenté sobrement l'événement. Tous ont salué son courage et son "stoïcisme". Salut l'artiste ! ont-ils tous dit, en gros.

 

Aldo Tassone, son ami, historien et critique de cinéma l'a comparé à Primo Levi et à Ernest Hemingway. "Il ne supportait plus de devoir peser sur les gens, et on l'admire, même dans ce geste."

Stefania Sandrelli a salué "un geste extrême de liberté, d'anticonformisme".

Anne Le Nir, dans La Croix, a rapporté ses propos : "Cela fait plus de quinze ans que notre pays est sans dignité, malade. Une seule solution, une belle révolution ! Il n’y en a jamais eu en Italie. Il faut pourtant savoir se révolter, la révolte est douloureuse mais nécessaire."

 

Il n'y a que dans les commentaires anonymes et les posts d'Internet, qu'on a, de temps à autre, trouvé la vraie interrogation :

 

Comment est-ce possible, aujourd'hui, qu'un homme comme lui, informé et entouré,
normalement soigné le mieux possible, avec ces soins palliatifs tant vantés et tout,
comment se fait-il qu'il n'ait trouvé aucune autre solution à son mal que le suicide artisanal et solitaire ?
monicelli.jpg

 

 

Nous, nous n'acceptons pas de ranger la mort de Mario Monicelli dans les tiroirs si commodes des statistiques.

 

Il avait le droit de vouloir en finir avec la vie.

Il est inconcevable qu'il n'ait eu d'autre choix, en 2010, que de se jeter dans le vide, seul comme un caillou, un soir d'automne, dans un lieu anonyme.

Seul et mal comme Gilles Deleuze, comme André Gorz, comme Franco Lucentini, comme Cesare Pavese, comme Paul Celan, comme Romain Gary, comme Virginia Woolf, comme Sylvia Plath, comme Roger et Claire Quilliot, Et comme tant d'anonymes.

 

À moins qu'il ait eu le choix, et qu'il ait délibérément préféré la visibilité à l'intimité.

 

Cet homme remarquable était sûrement capable d'offrir son corps comme acte politique.

 

Mais alors que voulait-il dénoncer ?

 

Curieusement, la réponse se trouve peut-être dans les colonnes de La Croix, sous la plume d'Anne Le Nir : "Insoumis, Mario Monicelli l’aura été jusqu’au bout de sa vie. Son choix de mettre fin à ses jours, après tant de souffrances, dans un hôpital public de Rome, en se jetant par la fenêtre de sa chambre, est le dernier acte d’un révolté, si profondément sensible".

 

Oui, peut-être que le suicide non assisté de Mario Monicelli a été son dernier acte militant.

Seul comme Empédocle, dans la dignité.

Pour son peuple, pour nous, pour notre civilisation occidentale si mal en point sur tous les fronts, pour qu'advienne enfin la fraternité.

 

À ceux qui demandaient s'il avait laissé un message, Niccolo Monicelli, son neveu  a répondu : "Il me semble que des messages, il en a laissé beaucoup. Souvenez-vous de lui par ses films".

 

Nous irons décrypter le message de Mario Monicelli.

 

Anne Vignaux-Laurent                                                           
 

POUR TELECHARGER LE TEXTE SEUL AU FORMAT WORD                                                  



 

 


Date de création : 25/09/2013 @ 16:38
Dernière modification : 25/09/2013 @ 16:40
Catégorie : TEXTES d'adhérents
Page lue 2788 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Spécial !
NATIONAL
International
Recherche



Webmaster - Infos
Calendrier
^ Haut ^