Texte à méditer :   Maîtriser sa vie jusqu'à la fin   Ultime Liberté
POUR ADHERER

adhesion_anim1.gif

SOMMAIRE

Fermer AG 2017 : 14 octobre

Fermer AG 2016 : 22 octobre

Fermer Association : ADHESION

Fermer Association : STATUTS

Fermer ACTUALITE : POSITIONS PERSONNELLES

Fermer ACTUALITE : DEBAT NATIONAL sur la Fin de Vie

Fermer ACTUALITE : PRESIDENTIELLE 2017

Fermer Actualité : Campagne Nationale Fin de Vie

Fermer DIRECTIVES ANTICIPEES

Fermer SEDATION PROFONDE

Fermer TEXTES d'adhérents

Fermer FORUM BIOETHIQUE

Fermer ARCHIVES

Fermer Documents Vidéos

Fermer SUICIDE DELIBERE

Fermer Euthanasie

Fermer Autonomie Personnelle

Fermer Droit au suicide assisté

Fermer ENquêtes nationales

Fermer Enquetes Internationales

Fermer Législations étrangères

ANTENNES LOCALES

Fermer AIX

Fermer AVIGNON

Fermer BESANCON

Fermer CALAIS

Fermer CHAUMONT

Fermer DIJON

Fermer GRENOBLE

Fermer LILLE

Fermer LYON

Fermer MACON

Fermer MARSEILLE

Fermer MONTAUBAN

Fermer MONTPELLIER

Fermer NANCY

Fermer NANTES

Fermer IDF - EST (Montreuil )

Fermer IDF - NORD ( St Denis )

Fermer IDF - SUD

Fermer ILE DE FRANCE ( IDF )

Fermer ORLEANS

Fermer POITIERS

Fermer STRASBOURG

Fermer TOULON

Fermer TOULOUSE

Fermer Ardèche - Drome

Fermer ANTILLES

AGENDA DEPLACEMENTS

  JUIN 2017

01/06 PARIS Acc

02/06 TOULON

10/06 TURIN

15/06 BESANCON

20/06 TOULOUSE

21/06 PERPIGNAN

22/06 MONTPELLIER

 

SEPTEMBRE 2017

 

 

               

 

 

            

   

 

 

Réseaux Sociaux
Nouvelles


Le Colorado en voie de légaliser l'aide à la fin de vie

Publié le

à BRUXELLES (Belgique)

Le Colorado était en passe mardi d'approuver une proposition visant à permettre aux malades en phase terminale d'obtenir des médicaments pour mettre fin à leur vie, indique NBC News sur son site internet.La proposition soumise au vote permettrait aux personnes ayant moins de six mois à vivre d'obtenir des médicaments qu'elles s'administreraient pour mourir. Après dépouillement d'un peu plus de la moitié des bulletins, le "oui" l'emportait à 65%. Cinq autres états américains, dont la Californie et l'Oregon, ont mis en place un processus légal pour accompagner les patients en fin de vie. (Belga)

Le Conseil d'Etat a été à nouveau saisi dans le cadre de la tristement célèbre affaire Vincent Lambert, du nom de cet homme en état végétatif après un accident de voiture en 2008.
Cet énième rebondissement met plus que jamais en lumière la délicate question de la fin de vie en milieu hospitalier.

https://news.sfr.fr/actualites/societe/fin-de-vie-que-dit-la-loi.html


Projet de loi au CANADA - par Armand Stroh le 22/04/2016 @ 12:10

Le projet de loi fédéral canadien sur l' aide médicale à mourir  va plus loin que la proposition du Québec :

http://www.journaldequebec.com/2016/04/14/aide-medicale-a-mourir-le-projet-de-loi-serait-depose-jeudi


Le décès de Nicole Boucheton, administratrice de l' ADMD, par suicide assisté en Suisse, provoque des réactions diverses.

La lettre posthume de Nicole Boucheton, publiée sur le site de la "maison de l' autonomie" :

http://www.lamaisondelautonomie.com/lettre-posthume-de-nicole-boucheton-vice-presidente-de-ladmd/

Article de Daniel CARRE sur son blog Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/daniel-carre/240814/choisir-de-mourir-en-suisse

 


Vers une loi de renoncement ??? - par ArmandStroh le 15/08/2014 @ 10:29

Communiqué de presse de Véronique MASSONNEAU

En confiant une nouvelle mission sur la fin de vie à Alain Claeys (député PS de Poitiers) et Jean Leonetti (député UMP des Alpes-Maritimes), le Président de la République a fait le choix du non-choix.

Ces deux députés étaient déjà ceux à l'origine de la loi de 2005 qui porte d'ailleurs le nom du second (loi Leonetti). Cela fait craindre le pire. C'est l'objet de ce communiqué de Véronique Massonneau.

http://www.veroniquemassonneau.fr/2014/06/24/fin-de-vie-vers-une-loi-de-renoncement/

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
le 23 juin 2014


Fin de vie : vers une loi de renoncement ?
François Hollande vient de confier au député UMP Jean Léonetti et au député PS Alain  Claeys une mission sur la fin de vie, afin de préparer la loi promise dans son engagement  n°21.
Pour Véronique Massonneau, députée écologiste de la Vienne et auteure d'une proposition de loi sur le droit de mourir dans la dignité,
« Nommer le médecin de droite Jean Léonetti, auteur en 2005 d'une loi qui prône le "laisser mourir" est une erreur, car il est foncièrement contre la dépénalisation de l'euthanasie et contre le suicide assisté. De plus, nous réclamons depuis toujours que ce
sujet ne soit pas traité par un médecin. C'est le patient qui doit être remis au coeur de la décision. Il faut développer les soins palliatifs mais ne surtout pas les opposer à l'euthanasie et au suicide assisté ».

« Cela n'augure pas d'une loi sociétale progressiste. Je crains une loi au rabais. François Hollande a-t-il peur des débordements de manifestations très bien organisées par la droite réactionnaire, comme pour le mariage pour tous et la loi famille ? Au lieu d'honorer son
engagement 21, nous prépare-t-il une loi de renoncement ?», s'interroge Véronique Massonneau qui en appelle à son collègue de la majorité, Alain Claeys.
« Je demande à Alain Claeys de faire preuve de courage pour que les différents points de vue qui coexistent à l'Assemblée nationale soient reconnus et pour travailler dans l'intérêt  des malades et de leurs familles. J'ai déposé, l'an dernier, une proposition de loi sur le
droit de mourir dans la dignité, dans l'objectif de fournir une boîte à outils législative pour une future loi. Alain Claeys pourra y puiser de quoi enrichir le texte de cette loi très attendue ».


VOIR EGALEMENT : Concernant la Proposition de Loi de Véronique MASSONNEAU :

http://www.huffingtonpost.fr/veronique-massonneau/proposition-de-loi-euthanasie_b_3465243.html


Les proches de cinq personnes décédées ont écrit jeudi une lettre ouverte au président François Hollande pour confier leur "désespoir" après la décision du parquet général de Pau de faire appel de l'acquittement du Dr Nicolas Bonnemaison.

Dans cette lettre, ils expriment leur "incompréhension", "stupéfaction" et même "désespoir" devant cette décision.
Se disant "victimes d'un système judiciaire complètement aberrant", les signataires en appellent à "la plus haute bienveillance" de François Hollande, selon ce courrier transmis par Patricia Dhooge, épouse d'un patient décédé en mars 2010 à l'hôpital de Bayonne.

http://www.sudouest.fr/2014/07/11/affaire-bonnemaison-des-familles-expriment-leur-desespoir-a-francois-hollande-1612493-4344.php


Enfin, un archevêque intelligent et courageux !

Le débat sur le suicide assisté s'échauffe en Grande-Bretagne

http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/07/13/le-debat-sur-le-suicide-assiste-s-echauffe-en-grande-bretagne_4456237_3214.html

L'ancien archevêque de Canterbury, leader spirituel des 80 millions d'anglicans dans le monde, s'est prononcé samedi en faveur d'une légalisation du suicide médicalement assisté au moment où la chambre haute du Parlement doit débattre la question la semaine prochaine.

Archevêque de Canterbury entre 1991 et 2002, Lord Carey explique dans un article pour le Daily Mail qu'il a changé d'avis sur cette question face à la « réalité des souffrances inutiles » endurées par les personnes en fin de vie. Dans une tribune publiée samedi dans The Observer, l'archevêque sud-africain et Prix Nobel de la paix Desmond Tutu affirme que les gens ont droit à une mort digne, et plaide pour le suicide assisté.

Ils prennent le contrepied de l'actuel chef de l'Eglise anglicane, Justin Welby, qui qualifie d'« erroné et dangereux » le projet de loi qui doit être débattu par les Lords vendredi prochain. Dans une tribune publiée dans le Times, il écrit que légaliser le suicide assisté consiste à suspendre une épée de Damoclès au-dessus de la tête des personnes âgées.

Le projet prévoit de légaliser en Angleterre et au Pays de Galles le suicide médicalement assisté pour les adultes à qui il reste moins de six mois à vivre, après l'avis favorable de deux médecins.

A ce jour, seuls quelques rares pays comme la Belgique, la Suisse, les Pays-Bas et le Luxembourg, ainsi que certaines Etats américains, autorisent l'aide au suicide. Contrairement à l'euthanasie, le suicide médicalement assisté signifie que le patient accomplit lui-même l'acte provoquant sa mort.

En Grande-Bretagne, un précédent projet de loi avait été revisé en 2006 à cause notamment de l'opposition de l'Eglise d'Angleterre, dont celle de Lord Carey. Mais, à 78 ans, celui-ci estime désormais que s'opposer à cette réforme revenait à « promouvoir l'agonie et la douleur ». « De fait, j'ai changé d'avis. Les certitudes philosophiques passées se sont écroulées face à la réalité de souffrances inutiles », a souligné Lord Carey. « Les progrès rapides de la médecine », qui permettent aujourd'hui de garder en vie pendant de longues années des patients gravement malades, constituent un « tournant éthique » selon l'ancien chef de l'Eglise anglicane. « Nous sommes aujourd'hui face à un paradoxe. En respectant strictement le caractère sacré de la vie, l'Eglise risque aussi de promouvoir l'agonie et la douleur, soit l'exact opposé du message chrétien d'espoir », a-t-il ajouté.

Le suicide assisté est passible en Grande-Bretagne d'une peine allant jusqu'à quatorze ans de prison. Mais de nouvelles directives émises il y a quatre ans par l'autorité judiciaire incitent à la clémence lorsque l'acte est effectué par « compassion ».

 


Télécharger le texte du communiqué du 1er juillet 2014, concernant l' acquittement du Dr Bonnemaison

http://ultimeliberte.fr/guppy/file/communique_UL_acquittement_Bonnemaison.pdf

 

http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2014/04/19/quand-le-grand-ecran-met-en-scene-leuthanasie_240881


Dans le Journal Sud-Ouest  ( 24 janvier 2014 )

Le procès devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques de l'urgentiste bayonnais Nicolas Bonnemaison, accusé d'avoir empoisonné sept patients en fin de vie, se tiendra à partir du 11 juin et durera deux semaines.

Nicolas Bonnemaison, 53 ans, doit comparaître à Pau pour l'empoisonnement de sept patients en fin de vie, des actes qu'il a assumés, estimant qu'il devait mettre fin à des souffrances extrêmes. Il devra donc répondre de "sept cas d'empoisonnement sur personnes vulnérables, constitués par le fait d'administrer des substances de nature à attenter à la vie d'autrui".
Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.


DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin
Spécial !
NATIONAL

CAMPAGNE NATIONALE

http://www.parlonsfindevie.fr/

directives_anim1.gif

------------------------------

 

PÉTITION SUR CHANGE.ORG

en faveur du suicide assisté

logo pétititon

 

--------------------------

 

International
Recherche



GOOGLE ALERTES
Webmaster - Infos
Calendrier
^ Haut ^