WIKI

Wiki personnel d'un membre fondateur de l' association Ultime Liberté

 

RETOUR AU SITE OFFICIEL

FORUM

Vous êtes ici -> EthiqueMinimale
PagePrincipale :: :: DerniersChangements :: IndexDesPages :: AideWikini :: InscriptionLogin :: :: Vous êtes 54.162.227.37
SuicideAssiste SuicideAssisteJurisprudence

Ethique Minimale


La notion d' "Ethique minimale" a notamment été développée par Ruwen Ogien : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89thique_minimale

Les positions de Ruwen Ogien concernant le suicide assisté peuvent notamment être trouvées dans "La vie , la mort , l' Etat . Le débat bioéthique" Grasset 2009
Ces positions sont proches de celles que nous défendons à l' association Ultime Liberté .


Une analyse d'un ouvrage de Ruwen Ogien , "La panique morale" : http://pedagogie.ac-amiens.fr/philosophie/lectures/Ogien.htm

Bibliographie de Ruwen Ogien : http://cerses.shs.univ-paris5.fr/spip.php?article110

http://www.raison-publique.fr/auteur7.html

Voir par exemple sur la question du clonage reproductif humain :
( J'ai sur cette question un point de vue très proche de celui de Ruwen Ogien )

La critique de certaines formes d'interdit injustifiés en termes d' éthique minimale :
http://www.raison-publique.fr/article28.html

La vraie question est plutôt : pourquoi cette espèce de crispation "morale" ,qui dans sa façon de fonctionner ressemble beaucoup à l' ensemble des crispations réactionnaires , comme dans certains fondamentalismes religieux , ou d'autres "replis" frileux ?

Une raison générale pourrait donner lieu à une compréhension tolérante :
Pour beaucoup de personnes , l'évolution de leurs repères va beaucoup trop vite : de même que certains ont rapidement le vertige et sont pris de panique devant certaines transformations de leur perception du monde , on peut comprendre que pour la perception et la régulation de leurs relations sociales et comportementales , certaines personnes ont besoin d'une stabilité des repères dans leur environnement , parce qu'elles n'arrivent pas à trouver cette stabilité suffisamment dans leurs repères internes , et sont alors proprement pris de "panique morale" , comme d'autres d' agoraphobie, ou de vertige dès que la perception du vide prend une certaine importance, etc. Et peuvent ainsi avoir peur de commettre des actes moralement incontrôlés comme d'autres ont peur de se jeter dans le vide pour échapper au vertige ...

Chacun doit avoir ici droit à ce qu'on respecte ses limites physio-psychologiques et ses peurs ou ses pudeurs , et donc à ce que l'on ne brusque pas ses appréhensions de façon arrogante et ricanante.
Mais inversement ceux qui ressentent facilement un tel vertige n'ont pas le droit d'imposer aux autres leurs propres appréhensions paniques ...
Celui qui a peur de la vue du sang a le droit de ne pas y être confronté brutalement et inconsidérément , mais il n'a pas à considérer que la vue du sang soit interdite à tout le monde !

Là encore, un peu de compréhension fraternelle réciproque des différences devrait permettre de prendre en compte les craintes des uns sans stériliser les possibilités des autres .
Évidemment , il existe aussi des "casse-cou" prenant des risques plus ou moins inconscients et pouvant faire prendre des risques inconsidérés aux autres ...
Et des craintes moralisatrices extrêmes pourraient être - avec le libre accord de la personne qui penserait en souffrir - prises en compte dans des "thérapies" comme d'autres types de phobies exagérées et bloquantes .